L’Expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique

Pourquoi pas la plèbe ? interroge le philosophe. L’expérience plébéienne constitue donc le passage d’un statut infra-politique – les plébéiens sont les » muets du mutisme civil » – à celui de sujet politique ; dans un double mouvement qui va du refus de la domination au désir d’expérimenter un nouvel être-ensemble, sous le signe de la liberté. Un événement fondateur, la première sécession plébéienne en 494 avant notre ère, le retrait sur l’Aventin, scène inaugurale qui ouvre à la plèbe l’accès à la parole publique et à l’inscription symbolique dans l’ordre de la cité. De cette configuration première naît une tradition insurgeante, souterraine, voire cachée. Trois caractères la distinguent, le communalisme, l’agoraphilie, une temporalité propre, la brèche. Peut-on affirmer un principe plébéien, c’est-à-dire un principe progressif et un principe d’émancipation ?

  • Auteur-e-(s): Martin Breaugh
  • Date: janvier, 2007
  • Référence: Martin Breaugh, L’Expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique, Paris, Éditions Payot-Rivages, Series: “Critique de la politique”, 2007, 405p.