Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine

Conférence-débat: "La crise électorale en Haïti: Enjeux et perspectives"

17 mars 2016

Conférencier:

Frantz Voltaire,

Directeur du Centre international de documentation et d'information Haïtienne Caraïbéenne et Afro-Canadienne (CIDIHCA)

Commentateur:

André Corten,

Directeur du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL),
Professeur au Département de science politique de l'UQÀM


Voir la video de la conférence


Conférence-débat "Le modèle brésilien. La fin de l’ère Lula? Élections, démocratie, institutions et mouvements".

22 octobre 2014

Conférencier:

Jean François Mayer, Department of Political Science, Concordia University

Commentaire:

Gerardo Silva, Département de science politique, UQAM et Universidade Federal do ABC (Brésil).


Voir la vidéo de la conférence

Conférence-débat spéciale "Les disparus d’Ayotzinapa. Au-delà de l’événement régional"

19 octobre 2014

Face aux événements qui secouent le Mexique depuis la disparition de 43 étudiants d'Ayotzinapa lors d'une manifestation à Iguala, Guerrero, il y a trois semaines, le GRIPAL tiendra une conférence-débat spéciale.

"Les disparus d'Ayotzinapa. Au-delà de l'événement régional"

Conférenciers:

Marie-Christine Doran, professeure, École d'études politiques, UOttawa
Pierre Beaucage, professeur émérite, Département d'anthropologie, UdeM

Commentaire:
Catherine Huart, candidate au doctorat, Département de sociologie, UQAM


Voir la vidéo de la conférence

Conférence "Retrait de la nationalité aux descendants d’Haïtiens par la cour constitutionnelle dominicaine"

12 février 2014

Conférence-débat "Retrait de la nationalité aux descendants Haïtiens par la cour constitutionnelle dominicaine: effets et impacts politiques".

Conférenciers:

Jean-Claude Icart, chercheur indépendant

André Corten, professeur au Département de science politique, UQAM

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 Douglas Smith (Université de Montréal): “Mouvement étudiant au Chili : la multitude et ses éruptions”

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 Martin Hébert (Université Laval): “L’écho du zapatisme: les traces locales d’un mouvement sur-signifié”

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 José Giménez Micó (U. Concordia) “Actions multitudinaires et interpellations plébéiennes: un même combat?”

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 Yuri Moreno (UQAM): “Vocations politiques de la théorie: l’interpellation plébéienne et la multitude"

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 Ricardo Peñafiel (UdeM): “La force «destituante» de la plèbe et le pouvoir constituant de la multitude”

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 André Corten, UQAM : “Multitude/Interpellation plébéienne en Amérique latine: contre-points"

4 mai 2013

Depuis le Caracazo (Venezuela, 1989) jusqu’aux marches des indigènes en provenance du TIPNIS (Bolivie, 2011, 2012), en passant par la « commune de Oaxaca » (Mexique, 2006) et le Baguazo (Pérou, 2009), l’histoire contemporaine de l’Amérique latine est marquée par les soulèvements populaires. Comment comprendre ces mouvements de protestation sociale ? Que nous disent-ils? Que permettent-ils ? Que laissent-ils derrière eux ? Ce panel organisé par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) essaiera de répondre à ces questions en explorant la possibilité d’articulation de plusieurs conceptions des mobilisations sociales, notamment « l’interpellation plébéienne » (GRIPAL), « la mémoire plébéienne » (Martin Breaugh), « la multitude » (Antonio Negri, Giuseppe Cocco) et « le pouvoir constituant » (Antonio Negri, Groupe Comuna de la Bolivie).

Voir la vidéo de la conférence

CALACS 2013 "Saisir les soulèvements populaires en Amérique Latine: interpellation et mémoire plébéienne" TABLE RONDE

4 mai 2013

Dans le cadre du Congrès de l’Association canadienne des études latino-américaines et des Caraïbes (CALACS 20013), le GRIPAL vous invite au colloque "Saisir les soulèvements populaires en Amérique latine: interpellation et mémoire plébéiennes, multitude et pouvoir constituant".

Modératrice:

Marie-Christine Doran (École d’études politiques, Université d’Ottawa)

Participants:

André Corten, José Antonio Giménez Micó, Martin Hébert, Yuri Moreno, Ricardo Peñafiel, Douglas Smith

Voir la vidéo de la Table Ronde

La production de l’espace? Une réflexion sur le corps à partir du documentaire LE HORSE PALACE (Part I et II)

10 avril 2013

Le Horse Palace donne vie à la thèse d’Henri Lefebvre dans "La production de l’espace" : c’est le corps, avec son déploiement spécifique d’énergie, qui produit l’espace. Le film rend la compénétration des corps en déploiement et de l’espace en formation par les images d’un ancien mode de vie qui s’éteint. Le quartier Griffintown de Montréal, avec ses écuries du 19ème siècle, se meure; et le trot des cochers du vieux port, en bordure du boulevard Saint-Laurent, pose la question politique de la cohabitation des lieux. Si les corps en déploiement font l’espace, comment garder vive la mémoire d’un lieu qui, à l’image d’un vieil homme, s’éteint tout simplement?


Voir la vidéo de la conférence



La remobilisation de l’EZLN (Armée zapatiste de libération nationale) au Chiapas: Mémoire et renouveau

4 avril 2013

L'EZLN a profité de « la fin du monde », le 21 décembre 2012, pour organiser une « mobilisation silencieuse ». Pour sa part, le sous-commandant Marcos a lancé plusieurs communiqués autour de cette date. Va-t-on voir « resurgir » le mouvement néo-zapatiste? À la lumière de ces nouveaux communiqués, n'y a-t-il pas une réflexion à faire concernant l'inscription des mouvements sociaux dans le temps ? Nous approchons des 20 ans du soulèvement zapatiste. Ces nouvelles sorties (y compris de Marcos) sont-elles des tentatives de retrouver une pertinence passée ? Est-ce la manifestation de quelque chose qui « couvait » et se préparait dans les Caracoles zapatistes ? Est-ce une référence à des symboles bien connus et désormais établis dans un vocabulaire mondial de la résistance ? Est-ce une nouvelle génération ayant littéralement grandi dans le zapatisme ? Serait-ce une mémoire « plébéienne » (L’interpellation plébéienne en Amérique latine : Violence et action directes, Karthala/PUQ, 2012) activée par le retour du PRI ? Ce retour du « spectacle » zapatiste est une bonne occasion de réfléchir à ces questions.


Voir la vidéo de la conférence

« Pensamiento decolonial: categorías y problemáticas »

27 mars 2013

Conférence donnée par Yuri Moreno (candidat à la maîtrise en science politique à l'UQÀM et membre-étudiant du GRIPAL) dans le cadre du séminaire de maîtrise en études hispaniques intitulé «Interpelación plebeya y subalternidad» donné à l'Université Concordia par José Antonio Giménez Micó (chercheur GRIPAL).

Voir la vidéo de la conférence

 


Conférences de deux chercheurs du GRIPAL au cycle "Action politique et démocratie au Mexique’’ organisé par le CERIUM

18 mars 2013

Catherine Huart, GRIPAL-UQAM
Département de sociologie, Université du Québec à Montréal
L’APPO comme interpellation plébéienne. Une expérience politique dans la contingence historique

En 2006 se produit à Oaxaca, au Mexique, un événement inédit : une expérience politique qui se dévoile sous les traits de l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca. Au sommet de son intensité, cet événement se traduit par un soulèvement populaire qui dépasse largement toute organisation, toute structure de protestation. À partir de l’analyse de ce cas précis de l’APPO, Catherine Huart cherchera à développer, dans le cadre de cette communication, trois points précis d’analyse. D’entrée de jeu, il appert important de questionner la lecture usuelle de l’APPO en termes mouvements sociaux qui a été globalement effectuée, en développant plutôt l’idée de l’interpellation plébéienne.

José Antonio Giménez-Micó, GRIPAL-Université Concordia
Professeur agrégé d’études hispaniques et latino-américaines à l’Université Concordia
Les soulèvements contre les projets miniers au Pérou : révolte généralisée contre l’ordre institué.

Les soulèvements contre les projets miniers prennent de l’ampleur au Pérou depuis quelques années. L’un des points marquants de ce conflit a eu lieu à Bagua (Amazonie) entre avril et juin 2009 contre un ensemble de décrets-lois censé « harmoniser » la législation péruvienne au Traité de Libre Commerce avec les États-Unis. Cette conférence, basée sur des témoignages recueillis à Bagua et dans des communautés indigènes deux mois après le conflit, se concentrera sur la révolte généralisée contre l’ordre institué que cette répression policière a déclenchée, telle que racontée par ses acteurs anonymes.


Voir la vidéo de la conférence




Le « chavisme » à la croisée des chemins: quelles ruptures et continuités avec le départ éventuel de Chávez?

15 mars 2013

Avec la maladie de Chávez, il apparaît plus pertinent que jamais de se demander ce qu’est le chavisme et la révolution bolivarienne, quelles en sont les différentes dimensions et l’évolution ces dernières années, en vue d’analyser les continuités et les ruptures qui pourraient survenir avec le départ éventuel de Chávez lui-même.

Conféreciers:

Pierre Mouterde, sociologue essayiste, co-auteur du livre Hugo Chavez et la révolution bolivarienne. Promesses et défis d'un processus de changement social (M Éditeur, 2012)

Ricardo Peñafiel, politologue chercheur, co-auteur du livre L’interpellation plébéienne en Amérique latine. Violence, actions directes et virage à gauche, (Karthala/PUQ, 2012).

Président de séance: Eduardo Malpica Ramos, étudiant en sociologie, UQÀM


Voir la vidéo de la conférence

Quelques réflexions pour un dialogue Badiou / Interpellation plébéienne

31 janvier 2013

Présentation de notre collègue Amine Brahimi: quelques réflexions pour un dialogue Badiou/Interpellation plébéienne


Voir la vidéo de la conférence

cycle de conférences de philosophie politique 2012-2013_conférence de Jean-Pierre Couture (Part I et II)

18 janvier 2013

Conférencier: Jean-Pierre Couture, professeur à l'École d'études politiques de l'Université D'Ottawa et membre de l'Observatoire des nouvelles pratiques symboliques.
Conférence tenue le 5 décembre 2012 à l'UQÀM.

L’espace fait son entrée tardive dans la haute théorie, car cette dernière n’en a eu que pour l’abstraction du temps. Comme les philosophes rattrapent leur retard en plagiant et poétisant les sciences basses (géographie, anthropologie, architecture, urbanisme et design), l’intérêt pour la phénoménologie de Peter Sloterdijk tient peut-être au fait que cet auteur-oracle laisse parler à travers lui le riche apport des sciences spatiales qu’il agrège, sensualise et synthétise avec le souffle du grand récit. Quel est le magnétisme rémanent de cette histoire longue ? Il est noué autour de la destinée utérine, non pas à jamais perdue, comme le dit le Freud pessimiste du Malaise dans la culture, mais constamment émulée dans le parcours de cette espèce improbable qui est à ce point artificielle qu’elle est forcée de se couver elle-même et sans secours.

Voir la vidéo de la conférence

Cycle de conférences de philosophie politique 2012-2013_conférence de Règime Robin (Part I et II)

11 janvier 2013

Conférencière: Régine Robin, professeure au département de littérature de l'Université du Québec à Montréal.
Conférence tenue le 2 novembre 2012 à l'UQÀM

Paris est une ville de mémoire où les événements historiques sont partout inscrits dans le paysage urbain. Des noms des rues aux plaques commémoratives, des noms des stations de métro aux statues et mémoriaux, tout y est historique.  En outre, une psychogéographie  symbolique traverse la ville, écho de cortèges, de manifestations et rassemblements: la gauche, la droite, division incontournable qui a plus d'un siècle d'existence. J'évoquerai tout cela avec cette question: y a t-il une mémoire des lieux, un génie du lieu , quelque chose qui habite les lieux en dehors des possibles ou impossibles  transmissions? Car Paris a changé. La ville est devenue une ville de "bobos". Les quartiers populaires ne le sont plus, et les classes populaires ont été repoussées vers la périphérie. Et pourtant, sur le plan symbolique les itinéraires et les partages politiques demeurent tout en subissant des transformations.


Voir le vidéo de la conférence


Séminaire international GRIPAL 2012 - Table ronde de discussion

19 octobre 2012

Ce temps de débat donne à l’ensemble des auteurs l’occasion de développer leurs réponses aux commentaires critiques reçus la veille. Moment charnière du dialogue, il vise à ce que les échanges bénéficient d’un peu de recul. « La nuit porte conseil » et elle permettra aux auteurs, ainsi qu’à l’assistance, d’approfondir la réflexion. L’animation de ce retour critique sera assurée par Marie-Christine Doran, professeure à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa et membre du GRIPAL.

Visionnez la table-ronde de discussion entre les auteurs

Séminaire international GRIPAL 2012 : Groupe Comuna et le processus constituant en Bolivie - Salvador Schavelzon

18 octobre 2012

Vidéoconférence de Salvador Schavelzon de l'Universidade Federal de São Paulo (UNIFESP) sur le Groupe Comuna et le processus constituant en Bolivie dans le cadre du Séminaire International GRIPAL 2012.

Voir la vidéo de la conférence

Séminaire international gripal 2012- Multitude, Antonio Negri

17 octobre 2012

Vidéoconférence d’Antonio NEGRI prononcée lors de la soirée inaugurale du Séminaire International GRIPAL 2012

Voir la vidéo de la conférence


Table ronde GRIPAL à l’ACFAS: Le concept d’«Interpellation plébéienne» pour lire la grève étudiante générale illimitée au Québec au printemps 2012

12 mai 2012

Intervenants:

Martin Breaugh (Université York),
André Corten (Université du Québec à Montréal, UQÀM)
René Delvaux (UQÀM, CLASSE),
Francis Dupuis-Déri (UQÀM),
Diane Lamoureux (Université Laval),
Vanessa Molina (modératrice, Université d'Ottawa),
Jean Morisset (UQÀM),
Ricardo Peñafiel (CPDS: Centre de recherche sur les politiques et le développement social, Université de Montréal).

N.B. L'intervention initiale de Francis Dupuis-Déri n'a pas été enregistrée, à sa demande.

Voir la vidéo de la table ronde

Conférence-débat: "l’extractavisme à la Toma (Colombie): menaces de mort et de dépossession pour une communauté ancestrale"

2 février 2012

Conférencier: Carlos Rosero, activiste leader du mouvement «Proceso de comunidades negras» (Processus de communautés noires).

La Toma (Cauca, Colombie) est une communauté minière traditionnelle, établie depuis 1636, dans laquelle les descendants des esclaves constituent la grande majorité de la population. Leur territoire est convoité par les sociétés minières locales et étrangères, y compris par la compagnie canadienne Cosigo. La Toma fait partie d’un territoire reconnu constitutionnellement comme étant ancestral. Les ordonnances de protection spéciale de ce territoire sont systématiquement violées par le gouvernement, y compris celles stipulant la consultation et le consentement préalables des habitants. Proceso de Comunidades Negras (www.renacientes.org) émerge en 1993 et articule ses activités autour des droits de développement de la communauté afro-colombienne. Ses points d’intérêts sont les luttes pour la justice et les questions d’identité, de participation et de mise en relation des Afro-Colombiens avec la diaspora africaine. Les leaders de La Toma ainsi que les militants de Proceso de comunidades negras et des droits humains ont été menacés de mort, car on les accuse de « s’opposer au développement ». L’amalgame de la militarisation, des déplacements forcés, de la dégradation de l’environnement et de la violation des droits collectifs est caractéristique de la menace que représente la politique néo-extractiviste pour les territoires afrocolombiens et, plus généralement, autochtones de la Colombie et du reste de l’Amérique latine.

Voir la vidéo de la conférence

«Espace et politique - Ville, architecture, territoire: lieux des imaginaires»

26 janvier 2012

«Les espaces utopiques», conférence donnée pa Martin Hébert (professeur au département d'anthropologie de l'Université Laval) dans le cadre du cycle de conférences de philosophie politique 2012-2013 intitulé «Espace et politique - Ville, architecture, territoire: lieux des imaginaires».

Voir la vidéo de la conférence

Haïti après le tremblement de terre: entrevue avec André Corten

26 janvier 2010

André Corten, professeur au département de science politique de l'UQAM, discute entre autres de l'importance de la prise en charge de l'interne.

Entrevue réalisée par l'Institut d'études internationales de Montréal : http://www.ieim.uqam.ca

Voir la vidéo de l'entrevue

«Rancière, la plèbe et l’auto-émancipation»

15 janvier 2008

Conférencier : Martin Breaugh, professeur au Département de science politique de l'Université York (Toronto).
Commentateur : Yves Couture, professeur au Département de science politique de l'Université du Québec à Montréal.
Conférence de lancement du cycle 2008, tenue le 15 février 2008 à l’UQAM.