Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine

Souffrance et désordre : Parler ordinaire, religion et ONG face aux catastrophes naturelles

Cette recherche est financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) de 2012 à 2014.

De par leur caractère violent et soudain, les catastrophes naturelles mènent à une suspension de l'ordre
social et politique établi. Dans l'Haïti de l'après-séisme de 2010, le nombre important de morts rend à
lui seul compte de l'ampleur des bouleversements. Au Guatemala, à moindre échelle, les états d'urgence
décrétés en 2010 et en 2011 en réaction aux pluies diluviennes et tempêtes tropicales témoigne de
l'impuissance de l'appareil gouvernemental.

En débilitant, du moins momentanément, l'action souveraine des États et les structures
institutionnelles existantes, ces désastres constituent, d'un certain point de vue, un état d'exception.
C'est au travers cette brèche dans l'imaginaire social et politique institué que se déploie un espace
d'expression. D'abord, expression de la souffrance des populations touchées par la catastrophe. La
déstabilisation d'une conscience verbale, habituellement fixée par les narrations dominantes, permet la
manifestation d'une conscience pratique dans le parler ordinaire. Expression traditionnelle de la religion
et des Églises qui proposent une réponse à la question de la souffrance, exerçant parfois leur contrôle
sur le sens commun. Finalement, expression des ONG.

La présente recherche propose de dresser le portrait de ces différentes expressions pour en
distinguer les rapports et les tensions. Elle cherche notamment à percevoir comment les ONG élaborent
la scénographie d'un désastre dont les acteurs sont des victimes, des sinistrés, des populations
vulnérables ou des corps souffrants, dont la langue est celle de l'urgence et de ses experts techniques ou
celle, juridique, des droits universels et d'une souffrance humaine indifférenciée.

En constituant cette scène et en articulant ce récit, les ONG répondent, à leur façon, à la question
de la souffrance. Mais ce faisant, sans en avoir l'intention, n'accaparent-elles pas l'espace d'expression
et ne désapproprient-elles pas leurs «bénéficiaires» de leur savoir subjectif? En quoi l'influence des
ONG se distingue-t-elle des effets du discours religieux de l'Église catholique? En quoi les ONG de
dénomination évangélique donnent-elles un nouveau récit à la souffrance? Peut-on différencier les
effets de l'action des ONG internationales et des ONG locales sur l'expression de leurs «bénéficiaires»?
Malgré tout, la présence de nouveaux acteurs que sont ces types d'ONG, sur un terrain d'expression
auparavant dominé par le discours religieux, ne permet-elle pas aussi la réappropriation d'un savoir
populaire dans le parler ordinaire?

Ce projet-pilote vise en particulier à situer la problématique du parler ordinaire dans le champ de
recherche de l'humanitaire en étudiant le positionnement des bénéficiaires à l'endroit du discours des
ONG. Il propose aussi de dresser une cartographie des modes d'expression de différents types d'ONG et
de leurs « bénéficiaires » dont les données serviront de base au développement de recherches futures et
pourront être utilisées par d'autres chercheurs ainsi que par le grand public et les organismes
gouvernementaux impliqués dans l'aide humanitaire internationale.

En termes de résultats escomptés, les objectifs sont:
1. De contribuer aux études critiques de l'humanitaire.
2. De permettre la coopération entre acteurs de l'humanitaire et acteurs locaux en donnant à ces acteurs
une meilleure compréhension de leurs «bénéficiaires».
3. De procéder à une évaluation comparative des différents types d'ONG.
___________________________

Un terrain de recherche s'est tenu au cours du mois de mai 2013 dans les villes de Port-au-Prince et de Léogâne en Haïti dans le cadre de la phase d'enquête du projet. Consulter les billets de terrain Haïti.

Un terrain de recherche s'est également tenu en mai et juin 2013 dans les communautés de San Pedro de las Huertas et San Miguel Escobar, au Guatemama, dans le cadre de la phase d'enquête du projet. Consulter les billets de terrain Guatemala.

Document(s) à télécharger

- Phase d’enquête - Guide d’entretien créole - Tradiksyon fomilè
- Phase d’enquête - Guide d’entretien - Souffrance et désordre
- Phase d’enquête - Instrument d’entretien - Souffrance et désordre
- Phase d’enquête - Convention d’entrevue - Souffrance et désordre
- Phase de débroussaillage - Guide d’entretien - Souffrance et désordre
- Phase de débroussaillage - Instrument d’entretien - Souffrance et désordre
- Phase de débroussaillage - Convention d’entrevue - Souffrance et désordre
- Protocole verbal simplifié - Souffrance et désordre
- Instrument d’entretien pour les entrevues de la recherche Souffrance et désordre
- Code d’éthique pour les entrevues de la recheche Souffrance et désordre