Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine

Projets de recherche en cours
 
Projets de recherche antérieurs
 

Expressions politiques de la souffrance en Amérique latine

Depuis sa création, le GRIPAL a examiné diverses figures de l’imaginaire politique latino-américain – des figures comme l’ « indianité » (Beaucage 2005), la « pauvreté » (Peñafiel 2007), la « violence » (Hébert et Beaucage 2008), ou le « peuple » (Corten 2003). Ces travaux ont eu comme fil conducteur une volonté de rendre compte des multiples déploiements de ces discours et de leurs articulations complexes au politique. Suivre leur production et leur circulation, tant dans le parler ordinaire que dans les discours officiels, permet une saisie empirique fine de la manière dont se constituent ou se reproduisent les rapports politiques en Amérique latine.

Recherche menée sous la direction de Martin Hébert, professeur au département d'Anthropologie de l'Université Laval

Souffrance et désordre : Parler ordinaire, religion et ONG face aux catastrophes naturelles

De par leur caractère violent et soudain, les catastrophes naturelles mènent à une suspension de l'ordre
social et politique établi. Dans l'Haïti de l'après-séisme de 2010, le nombre important de morts rend à
lui seul compte de l'ampleur des bouleversements. Au Guatemala, à moindre échelle, les états d'urgence
décrétés en 2010 et en 2011 en réaction aux pluies diluviennes et tempêtes tropicales témoigne de
l'impuissance de l'appareil gouvernemental. En débilitant, du moins momentanément, l'action souveraine des États et les structures
institutionnelles existantes, ces désastres constituent, d'un certain point de vue, un état d'exception.
C'est au travers cette brèche dans l'imaginaire social et politique institué que se déploie un espace
d'expression.

Recherche menée sous la direction d'André Corten, professeur au département de science politique de l'Université du Québec à Montréal (projet rédigé avec la collaboration de René Delvaux, étudiant à la maîtrise en science politique à l'Université du Québec à Montréal).

Impacts de la violence en contexte démocratique latino-américain: les cas du Chili et du Mexique

Comment expliquer l'ampleur et la diversité de l'action collective dans plusieurs pays latino-américains, alors que la montée de la violence civile (délictuelle) (PNUD : 2009; 2011) est considérée par une grande partie de la littérature comme entraînant une perte des repères politiques, l'affaiblissement du lien social et l'annulation des possibilités d'action collective? [...] Cette recherche veut recueillir et analyser les repères politiques et de la justice qui informent les mobilisations actuelles rendant compte d'une appropriation sociale des droits.

Recherche menée sous la direction de Marie-Christine Doran, professeure à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa.